bon et puis après, on fait quoi ??

Une liberté comme celle que l’on s’est octroyée pendant quelques semaines a un prix ! Lire la suite

Publicités

Mittellandkanal ( ou la dure réalité des cyclos)

 

Jour 1 : départ d’Hannover tous guillerets, il fait doux, nous trouvons la route tout de suite. Ah ce joli canal, les insectes créent une petite mélodie, ce chemin est rupestre, parsemé de petits cailloux. Nous essuyons 2 crevaisons mais c’est un monde sans voiture….j’adore cet endroit !
la nuit le long de ce fleuve artificiel est tranquille, quelques piqûres de taons mais il faut bien les nourrir un peu, ils nous offrent le logis ! Les péniches glissent sur l’eau, tout est zen…image

Jour 2 : réveil aux aurores. Il fait chaud, nous sommes collants et le débarbouillage de la veille n’est pas aussi efficace qu’une douche. La famille taons d’hier à prévenu les siens, impossible de déjeuner ici. Ils sont déchaînés ! Nous remballons fissa et commençons à pédaler à jeun. Il faudra 10 km pour en être, un peu, débarrassés et remplir nos estomacs. Les petits cailloux du sentiers se transforment en voie de chemin de fer désaffectée, caillas et nids de poule. Lire la suite

Développer notre sens de la débrouille

 

 « chaque enfant est un artiste, le problème c’est de rester un artiste lorsque l’on grandit » Picasso.

Nous avons vécu en ville bien avant la naissance de nos enfants, pour les études. Aujourd’hui nous sommes dans le flou le plus total sur son intérêt. En effet, les habitants vivent les uns sur les autres tout en s’ignorant dans la majorité des cas. « je ne comprends pas pourquoi vous vous préoccupez des autres! » soutenait l’une de nos voisines en assemblée générale de copropriété. L’individualisme est le maître mot dans les grandes agglomérations. Nous souhaitons par ce voyage prendre du recul sur tout ça et amener notre famille à s’ouvrir au monde. Démontrer, certainement à nous même, qu’il est réellement constructif de vivre avec les autres. Au moyen de ce voyage, nous allons vivre au contact de la nature, avec le strict minimum. Le but est aussi de stimuler la créativité des enfants, la débrouillardise de tous, l’autonomie. A contrario de la vie citadine, qui est stimulante par nature de la consommation et des besoins créés en tous genres. Nombreux sont les habitants que l’on rencontre qui ignorent beaucoup de choses sur la nature, les animaux, ou qui se moquent de notre impact sur la planète. Je pense que les enfants ont besoin de bien moins de choses que ce que nous nous conditionnons à leur attribuer dès la naissance. Nous sommes formatés par une société de consommation qui met une pression énorme sur l’individu. Etre de bons parents c’est dépenser plus d’un mois de salaire avant l’arrivée du nouveau-né en matériel « spécifique ». En réalité, le seul besoin d’un bébé c’est l’amour parental.

Lire la suite