un jour sans fin

 

Il aura commencé sous la pluie, sur fond gris, tranquille. Petit à petit, les gouttelettes se sont étoffées et nous voilà ce midi bien humides à la chasse aux grenouilles, un sandwich à la main le long de ce canal… Objectif : atteindre l’Elbe dans l’après-midi pour, peut-être, se tester avec notre caravanes de 4 chameaux dans ….un train ! La chose peut paraître fort raisonnable d’un point de vue cartographie…Alors…un peu de piment.

Nous démarrons la journée doucettement mouillés et plus que motivés à refaire le monde après avoir discuté avec un cyclo allemand qui nous expliquait que l’état ne permet pas de choisir son propre destin professionnel. A savoir démissionner ou faire une coupure comme la notre ne se peut pas ( pour de plus amples explications, nous offrir un bout de votre jardin et une douche 😉 , petit clin d’œil à tous les warmshowers restés sans réponse pour une famille sur la route…). Bref, plus ce voyage avance et plus nous nous apercevons que la Liberté avec la définition que nous lui connaissons n’est plus.
Nous optons donc pour le canal qui ressemblât plus à un chemin bucolique de promenade à cheval qu’à une piste cyclable, à moins que ce ne soit le lieu de tournage du prochain Indiana Jones, Harrison en vieille moto poursuivit par des allemands en colère! Mais en ce dimanche pluvieux, point de crottin, de Ford, de fouet ni de chapeau, ni même d’autochtones furieux !! Justes nous, les limaces et de belles contractures du haut du dos !
40 km plus en aval, rencontre de l’Elbe, il est 15h. Nous sommes pris d’assauts par des cyclo-tour organisés ( comprenez : vous faites un chèque, on gère votre monture et vos valises. Au point A vous commencez votre balade à vélo, au point B on vous réceptionne vous et votre bicyclette avec ravitaillement, of course et en bus vous êtes déposé au point C pour douche, repas and Co). Nous nous trouvons malgré nous au point B…après cet épisode nous partons affronter le train…
Une fois que nous nous sommes, faussement, rassurés de la faisabilité de la chose, les billets sont achetés. Nous faisons un bond de 200 km qui va nous permettre d’avoir quelques jours en rentrant de remise à niveau sédentaire avant une nouvelle vie sans sacoche…de quelques temps au moins 😉 .
Le train arrive, la marche est au niveau du quai, yesssss! Mais impossible de faire braquer le biporteur dans le wagon… La remorque est encore sur le quai, Luc est parti dans une autre rame faire rentrer son vélo puisque le mien gêne tout le passage. Pacôme, Eliott et sa monture sont dans le train et maintiennent à bout de bras le bakfiets… Je fonce chercher la remorque, qui transporte nos duvets, matelas et nourriture tout de même! Les garçons poussent des cris de panique, terrifiés de se retrouver dans un train étranger tous seuls. Luc bloque la porte du wagon supérieur et m’offre le temps de faire rentrer le reste de la caravane. En route !
Stupeur dans le train…nous allons dans la bonne direction mais il y aura un changement. Bon, ok…
Gare de Lünebourg, le changement ! Bras musclés demandés quai 5 pour porter joli vélo immaculé de la boue du tournage d' »Indiana Jones et le biporteur magique » !! Et nous voici quai 1, héhé!!
Le transporteur suivant corse un peu la chose, ce n’est plus régional et pépère mais monde et « timing is timing ». Les agents nous indiquent le lieu de l’embarquement. Bien sagement, nous nous exécutons mais lorsque le bolide arrive, il est inversé et nous devons monter en queue de train, nous qui attendions en tête!!! Petits coups de talons et nos chameaux démarrent pour l’opposé, en laissant de nouveau cette maudite remorque à la traîne. Mais parvenir au bon wagon n’est pas la seule prouesse à réaliser: il faut hisser les vélos sur 3 marches pour atterrir dans le wagon. Luc part 4 à 4 récupérer notre maillon manquant et Eliott et moi, avec une grosse dose d’adrénaline hissons nos montures. Le sprint effectué par Luc avec son fidèle bilboquet lui vaudra les félicitations du conducteur arrivés en gare d’Hannover !
Tous posés sur la moquette du wagon- vélo, nous récupérons.
Hannover nous joue la carte de la séduction et lorsque nous la découvrons, le soleil est déjà en pyjama. La pluie de la journée a laissé place à une soirée d’été. La ville semble désertée par ses habitants en vacances. Nous divaguons dans les rues, traversées par les rails de tramway, tranquilles et douces. Nos petites reines sont de nouveau en habits de gala et gracieuses nous mènent vers un repos bien mérité.
Minuit déjà. Je pose ces quelques mots et rejoints mes compagnons d’aventure aux pays des rêves.

 » Partir, c’est quitter son cocon, ouvrir ses ailes et s’envoler. C’est s’apercevoir qu’on n’est pas tout seul sur la planète, que tout n’est pas comme on le pensait. On devient plus humble, plus tolérant, un peu plus intelligent. » Pierre Fillit

Publicités

6 réflexions sur “un jour sans fin

  1. Bonjour et bravo pour vous aventures ! Je découvre votre voyage avec intérêt, moi, j’ai entrepris le Rhin à vélo il y a 2 ans, mais par «petits» bouts de 500km, et sans tente ! Je suis donc française, à peu près de votre âge, et habite en Allemagne à Münster, c’est probablement sur votre chemin bientôt à l’ouest de Hannovre … Si vous pédaleà dans les environs et si vous voulez une douche chaude (ou repas chaud, ou ..) n’hésitez pas ! Anne-Caroline

    J'aime

      • Mercredi + 4 jours = dimanche : c’est encore plus facile et je peux vous préparer aussi un repas français si vous voulez, selon l’heure de votre passage ! Vous avez mon adresse mail, le plus simple, c’est peut être que vous me donniez la voie ou bien que vous m’envoyer un mail, j’y répondrai avec mon adresse (C’est en plein centre ville, donc pas de détour ;-)) et l’on discutera de comment je peux vous aider ! A bientôt !

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s